Charly Far Away
Vous lisez
Les gorges d’Omblèze : escapade dans le Vercors drômois
12
Gorges d’Omblèze Vercors Drôme
France

Les gorges d’Omblèze : escapade dans le Vercors drômois

Comme une fracture dans les roches du Vercors, les gorges d’Omblèze se faufilent dans la montagne, enclavées entre d’importantes falaises d’où jaillissent de hautes cascades : celle de la Pissoire, mais aussi la chute de la Druise. Une belle escapade drômoise !


Le massif du Vercors, côté Drôme

Culminant à plus de 2 300 mètres d’altitude (au Grand Veymont), le massif du Vercors est souvent désigné comme un immense plateau calcaire, alors qu’il est pourtant cisaillé par de nombreuses gorges, falaises et crevasses en tous genres. L’un des plus grands massifs forestiers de France, il est aussi une réserve naturelle qui protège une très grande variété de faune et de flore. On nommera entre autres le tétras lyre, le bouquetin des Alpes et le vautour fauve. Côté flore, la reine du massif est la tulipe australe.

Le Vercors drômois constitue la partie ouest du massif montagneux. Moins hauts, ses points culminants plus accessibles offrent de véritables trésors pour les yeux avec des vues dégagées sur les plaines de la Drôme. Parmi ses petites merveilles se trouvent notamment les 3 becs et le canyon des gueulards, tous deux très connus dans le monde de la randonnée.

La Drôme est un département réputé pour sa diversité de paysages. On pense facilement à la lavande et aux villages provençaux, à l’autoroute du soleil qui mène tout droit à la mer. Pourtant, la Drôme, ce sont aussi de beaux paysages montagneux et un accès privilégié aux stations de ski en période hivernale. Des villes comme Valence et Romans se trouvent en effet aux pieds du Vercors.

Vercors Drôme Omblèze

Visiter les gorges d’Omblèze

Une route à flanc de falaise

Elle figure parmi les plus belles routes du Vercors, et ce n’est pas rien ! La route qui mène aux gorges d’Omblèze serpente au creux des gorges, suivant par moments le lit de la Gervanne. Cette succession de virages parfois serrés dévoile d’impressionnants murs de calcaire, petits paradis des grimpeurs. Des chutes d’eau jaillissent, retombent à quelques mètres de la route, et il devient tentant de continuer à pied, pour prendre le temps d’examiner ce cadeau de la nature.

Une fois remontés dans la voiture, on tourne et on tourne, les yeux écarquillés, pour finalement aboutir sur la combe d’Omblèze. Les gorges s’ouvrent soudainement et une vallée apparaît, parsemée de quelques hameaux. La vue est saisissante, mais on regretterait presque toutes les merveilles croisées en chemin… 😉

Au fil de l’eau : chute de la Druise, cascade de la Pissoire

La Gervanne prend sa source au col de la Bataille (1 200 mètres d’altitude) pour dégringoler jusqu’aux pieds du Vercors. Son chemin, parsemé d’embuches, donne lieu à de belles cascades. La plus célèbre des environs est la chute de la Druise, haute de 72 mètres ! Il est vrai que la fraîcheur qu’elle offre attire de (très) nombreux Drômois pendant l’été. Cependant, c’est au printemps qu’elle est la plus impressionnante, lorsque la fonte des neiges alimente le débit de la Gervanne. Mais je vous préviens, l’eau est absolument glaciale !

La chute de la Druise est accessible grâce à un parking pouvant accueillir un bon nombre de visiteurs. Malgré quelques efforts pour faciliter l’accès, il n’empêche que le chemin est relativement raide, et rendu glissant par temps humide. Soyez donc bien équipés et prudents, surtout si vous venez avec des enfants. Comptez environ 1 heure aller-retour.

Non loin de là se trouve une deuxième cascade, nommée la Pissoire. Bien moins spectaculaire, elle présente cependant l’avantage d’être approchable depuis la route. Vous remarquerez que la mousse sur laquelle elle s’écrase s’est pétrifiée à certains endroits, formant ainsi ce que l’on appelle du « tuf » (merci Jamy pour l’instant scientifique de cet article… !).

Le Moulin de la Pipe

Un nom comme ça, ça ne s’invente pas ! Il provient d’un meunier travaillant dans ce moulin au début du XXème siècle, gros fumeur de pipe. Le moulin centenaire s’est transformé en une auberge en 1918 et, depuis, son cadre bucolique attire une clientèle fidèle et quelques touristes de passage.

La spécialité culinaire de la maison ? La friture de truitelles arc-en-ciel. Je vous conseille de goûter avant de faire la grimace, c’est délicieux ! Pensez à réserver, surtout l’été, où les tables se remplissent vite du côté restaurant (il reste toujours de la place au snack).

Quelques liens à consulter

3 commentaires

  1. J’adore les cascades, merci pour cet article.

  2. ElodyLovesTravels says:

    Encore un joli coin de France qui gagne à être connu !! Bel article 😉

    1. Merci beaucoup !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.