Charly Far Away
Vous lisez

Voyager seule : les conseils de Mélanie

2
Autour du voyage

Voyager seule : les conseils de Mélanie

Voyager seule est une expérience assez particulière, surtout au début. Pour l’avoir expérimenté à de nombreuses reprises, le voyage solo est une thématique dont je souhaitais parler depuis longtemps déjà. Alors quand j’ai vu que Mélanie avait un blog dédié à ce sujet, il fallait que j’en discute avec elle !


Mélanie en quelques mots

L’interview de Mélanie

Salut Mélanie ! Je te remercie d’avoir accepté d’échanger avec moi. Ton blog osevoyagerseule.com vise à accompagner les femmes dans l’organisation d’un voyage solo.

Pourquoi as-tu choisi le sujet du voyage solo au féminin en particulier ?

Tout d’abord merci à toi pour ton invitation à témoigner sur ton site 🙂

J’ai choisi ce sujet car je suis une passionnée de voyage. J’ai visité beaucoup de pays seule ou accompagnée. Et clairement, voyager seule est vraiment différent. C’est plus excitant, j’ai plus de liberté, je vis mon voyage plus à fond car les sensations sont multipliées, tout y est plus intense. Je suis toujours en quête de liberté et le voyage solo est une très bonne façon de me sentir libre.

Je m’adresse plus particulièrement aux femmes parce que c’est la lecture de blogs autour du voyage solo au féminin qui en 2016 a dissipé, en grande partie, mes doutes et mes peurs. Aujourd’hui, si je peux aider, ne serait-ce qu’une femme, à oser franchir le pas du voyage solo parce qu’elle en a vraiment envie, alors j’aurais réussi.

Voyager seule en Australie

Tu as toi-même une sacrée expérience de voyageuse solo : Australie, Europe, Amérique du Sud, États-Unis…

Quel a été ton moteur pour te lancer dans cette aventure et commencer à voyager seule ?

Le voyage a toujours fait partie de ma vie. Petite, je lisais Tintin, l’appel de la forêt de Jack London, je rêvais de vivre ces aventures extraordinaires.

En 2012, je finis mon master en géologie pétrolière et je deviens consultante sur Paris. A mes yeux et ceux de mon entourage, j’ai réussi « socialement parlant ». Mais petit à petit, un vide apparaît dans mon ventre et je me questionne sur cette vie. Le RER A, un travail ennuyeux où je ne trouve pas de sens… je suis proche du bore-out. Alors, au début, je reste par confort, pour la paye et les collègues sympas. Et puis j’ai une vie sociale bien remplie.

Finalement, je réalise que je me mens à moi-même. J’ai beau essayer de combler ce vide, rien n’y fait ! Les questions existentielles arrivent. C’est quoi la vie ? Est-ce qu’on naît pour se retrouver dans un monde de « métro-boulot-dodo-paye tes factures » ? Ce n’est pas un peu plus que cela ?

Avec le recul, je me rends compte que j’ai suivi un chemin tout tracé par notre modèle de société : CDI, partenaire, maison, enfant, retraite. Travailler, travailler, travailler et profiter à 65 ans en retraite. Sachant que l’espérance de vie en bonne santé en France est de 63,4 ans… Quel est l’intérêt de profiter de la vie quand la santé décline et pas avant ? J’ai la santé, pas de responsabilités et des économies.

Lorsque je décide de partir, c’est le soulagement ! Je n’étais pas alignée avec ce que je faisais, ni qui j’étais. Prendre cette décision et mettre en place les moyens de réaliser ce rêve ont fait disparaître ce creux au ventre. Je suis de nouveau souriante et optimiste.

Voyage solo au Chili

Tous les voyageurs seront unanimes sur ce point : à travers nos voyages, on vit des expériences uniques.

Quelles ont été pour toi les principales leçons à retenir de ces expériences ? Qu’est-ce qui t’a amenée à revoir ton mode de vie et notamment effectuer ce grand virage professionnel ?

L’ouverture d’esprit amène à ne plus juger. Cela amène aussi de l’empathie : en voyageant, on se met à la place des autres plus facilement, on comprend mieux le monde qui nous entoure. Chacun a sa réalité de par son lieu de naissance, son éducation et ses expériences. Le voyage permet bien souvent de briser nos croyances limitantes, de voir que d’autres modes de vie tout aussi normaux existent !

Un exemple, parmi tant d’autres : en Argentine, les hommes quittent le foyer familial après 30 ans. Chez eux, c’est la norme. Chez nous, c’est considéré comme bizarre. C’est la même chose en Asie où toutes les générations cohabitent ensemble, alors que nous, ça nous semble normal de mettre mamie en maison de retraite.

Voyager seule donne également une plus grande confiance en soi et donc une plus grande confiance en l’avenir. Je me suis rendue compte que dans la vie tout est possible. C’est un sentiment de puissance immense ! Je peux être alignée avec qui je suis, car il y a toujours, toujours des solutions.

Ce qui m’amène aujourd’hui à changer de vie, c’est toujours cette quête de liberté. Je souhaite faire du voyage mon quotidien. La liberté géographique, la liberté de faire ce que je veux de mon temps. La liberté d’être ma propre patronne. De plus, j’ai trouvé un sens professionnel à mon projet. C’est une joie de me lever chaque matin pour travailler sur le blog et sur le développement de mon activité de freelance.

Aujourd’hui, je souhaite aider les femmes à oser voyager seules et aussi aider les entrepreneurs qui souhaitent améliorer leurs relations avec leurs clients, fédérer une communauté autour d’eux et augmenter les ventes de leurs produits ou de leurs services.

Voyager seule en Argentine

D’après ton expérience, en quoi le fait d’être une femme influe l’organisation d’un voyage, son déroulement ?

L’autre jour en lisant un article, une femme disait « je rêve du jour ou une femme pourra, comme un homme, juste faire son sac à dos et partir en voyage ». Malheureusement, ce n’est pas encore le cas.

Peu importe notre destination, on nous a appris que le monde est plus dangereux pour une femme, que les risques d’agressions, de vols, de viols sont plus élevés pour la gente féminine. Des parents s’inquiéteront moins de voir leurs fils partir à l’autre bout du monde que leurs filles.

De ce fait, une femme aura plus d’appréhension à voyager seule et sa préparation sera d’autant plus importante. Cela peut passer par des cours d’autodéfense, des moyens de protection de ses objets et d’elle-même. En tant que femme, il faut être plus vigilante, toujours sur le qui-vive car nous sommes des « proies » plus faciles à atteindre.

Cela dit, de par mon expérience, le monde n’est pas aussi dangereux que l’on veut bien nous le faire croire. Coupez la TV et allez à la rencontre de femmes qui ont osé voyager seules ! Le récit est souvent bien différent, même s’il faut toujours être vigilant, comme on l’est dans notre propre ville et pays.

PVT en Australie

Aujourd’hui les voyageuses qui se lancent peuvent s’appuyer sur des blogs comme le tien, ou chercher des conseils auprès de communautés comme celle que tu as fondée sur Facebook.

Quels ont été les outils qui t’ont le plus servi pour réussir tes premiers voyages ?

Au tout début, c’était surtout des blogs voyage de femmes qui ont franchi le pas et le retour d’expérience d’une copine. Mais on a beau lire et écouter le témoignage d’autres femmes, tant qu’on n’a pas franchi soi-même le pas de sa porte pour partir à l’aventure et voyager seule, du chemin reste à faire.

C’est pourquoi j’ai décidé d’appliquer la « méthode des petits pas ». C’est-à-dire se tester, au tout début, sur de courtes périodes et proche de chez soi. Dans un premier temps pour savoir si on aime voyage seule. Puis, repartir, un peu plus loin, plus longtemps avec un autre défi.

Au début, je suis partie à 200 km de chez moi sur une période de 10 jours pour voir si le voyage solo était fait pour moi, si j’allais apprécier ma compagnie et le fait d’être seule. Puis je suis partie trois semaines, en Italie cette fois-ci. Je voulais tester la barrière de la langue. Tout ça avant de partir en Amérique du Sud avec mon seul sac à dos pour une durée inconnue.

Pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour apprécier de voyager seule !

Voyager seule en Italie

Le voyage en solo au féminin peut encore aujourd’hui paraître quelque chose d’insensé pour beaucoup de personnes à travers le monde, malheureusement.

D’après toi, quelles sont les prochaines étapes pour faire progresser la société sur ce sujet ?

Cela passe en grande partie par l’éducation. Au lieu de dire à nos filles et aux femmes que le monde est dangereux, apprenons aux garçons et aux hommes à nous respecter, à ne plus nous voir comme des objets. Cela passe par la pub, les clips musicaux,…

Les mentalités commencent à évoluer. Davantage de femmes aux « pouvoirs », que ce soit dans la politique, l’art, le cinéma, l’entreprenariat ! Je vois aussi énormément de bienveillance autour de l’entreprenariat féminin, ça fait chaud au cœur de voir toutes ces femmes s’entraider ! Les femmes prennent de plus en plus confiance en elles. Elles se savent capables aujourd’hui, autant que les hommes.

Et puis, arrêtons les clichés ! Voir qu’un Disney crée autant de polémique car si la Reine des Neiges ne finit pas avec un prince charmant, « c’est soit qu’elle est gay soit que quelque chose ne tourne pas rond »… Et si on pouvait être pleinement heureux en étant célibataire ? Tous ces clichés nous façonnent. On devient ce qu’on nous dit d’être ! Nos pensées deviennent notre réalité !

Dès que nos choix diffèrent du cadre établi, les gens s’offusquent parce que c’est les mettre en face de leurs proches choix et forcément ça engendre des questionnements sur leurs choix de vie.

Voyager seule en Bolivie

Plus personnellement, as-tu des projets dont tu souhaites parler ? Des voyages de prévus ?

Pour les voyages, dès avril 2021, je m’engage sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Puis, si tout se passe bien avec « la crise sanitaire », je souhaite voyager avec le transsibérien et visiter l’Asie du Sud Est.

Sur le plan professionnel, mon activité de freelance sera lancée dès le mois de janvier 2021. J’aurai ainsi vite l’occasion de tester la vie de digital nomad ! Et j’ai hâte !

Voyager seule aux USA

Sur ton blog, tu livres beaucoup de conseils et de retours d’expérience. Pour finir notre discussion, voici ma dernière question !

Parmi toutes les recommandations que tu souhaiterais donner à une personne ayant l’envie de voyager seule, quels seraient les plus essentielles, celles qui priment par-dessus tout ?

La première est de s’écouter. Ce conseil est valable tout au long de sa vie. S’écouter davantage, prendre en compte les conseils des autres, mais nous sommes la meilleure personne pour savoir ce qui est le mieux pour nous. As-tu vraiment envie de voyager ? As-tu vraiment envie de le faire seule ?

Pendant le voyage, l’écoute attentive de cette petite voix est encore plus importante. Si tu souhaites faire un break, passer une journée dans l’auberge de jeunesse à mater une série parce que ta voix et ton corps te disent stop. Ou si tu veux rentrer plus tôt de ce voyage pour tes propres raisons. Fais-le !

Au retour, c’est pareil, on dit souvent que le voyage nous change, je pense sincèrement qu’il nous révèle. On part à la conquête de soi-même, on découvre qui on est, cet enfant qu’on a bridé, à qui on a dit que « dans la vraie vie, ton rêve n’est pas accessible ». Il est donc aussi important de toujours écouter cette voix à son retour. Ce qui est plus compliqué, car on a tendance à retourner dans le moule pour obtenir l’approbation de nos proches.

La seconde est d’oser. Valable pour son quotidien aussi. Oser se lancer, oser parler à cette personne, oser changer de cap, oser faire de sa vie un rêve et de ce rêve sa réalité ! Le passage à l’action est primordial. On a beau avoir toutes ces pensées, ces idées, ces rêves, ces projets, le passage à l’action reste déterminant dans la vie que l’on souhaite se créer !

Savoir oser et sortir de sa zone de confort apporte énormément ! Promis !

Par ici pour suivre les aventures de Mélanie !

Note : Les photos de cet article ont été prises par Mélanie et lui appartiennent.

6 commentaires

  1. J’aime beaucoup cet article de Mélanie que tu as fait Charly, très bien mis en page et l’interview nous apprend plein de choses 🙂 En espérant que les projets de Mélanie pour 2021 se concrétisent pour Saint Jacques de Compostelle et le Transsibérien !

    1. Merci ! Et on croise les doigts pour elle 😉

    2. Merci beaucoup 🙂 En effet la mise en page de Charly est juste ouahhhh ! Merci d’avoir si bien mis en valeur cet article !

  2. Très intéressant ! C’est vrai que j’ai plutôt l’habitude de voyager à deux, avec mon copain ou des copines mas ça me tenterait bien de faire un trip toute seule. C’est un peu effrayant mais je n’ai aucuns doutes sur le côté transformateur de cette expérience 🙂 !

    1. C’est certain qu’avant de partir la première fois, on n’est pas franchement rassuré. Mais comme Mélanie l’a expliqué avec sa méthode des « petits pas », le mieux c’est de commencer doucement, histoire d’être sure que ce mode de voyage te correspond 🙂

  3. Cela fait toujours un peu peur au début… car cela nous fait sortir de notre zone de confort mais après c’est que du bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.