Petite, Sarah Gysler

« Petite, elle croyait que tout irait bien. Que ses parents s’aimeraient toujours. Que le monde irait de mieux en mieux. Petite, elle a deviné que rien ne s’arrangerait. Qu’elle ne se ferait pas à la vie « réussie » qu’on lui proposait, dans un bureau, avec un mari, bientôt une maison et des enfants. Petite, elle a pris son sac à dos et elle a fui. En stop. A travers l’Europe et jusqu’au cap Nord. C’est là qu’elle a compris. Que les rencontres existent. Qu’il y a un espoir dans l’humanité. Petite, elle a décidé que le monde lui appartenait, il suffisait de se lancer… »

Catégorie : Étiquettes : ,

Sarah Gysler est en colère. Depuis toujours. En colère contre cette société qui lui dicte quoi aimer, quoi devenir et quoi être. Lorsque l’on nait avec des envies différentes, il est difficile d’entrer dans le moule. Et Sarah est lasse d’essayer. Pourquoi devrait-elle ? C’est toute la singularité de ce livre. Au-delà du voyage, on apprend avant tout à comprendre la colère d’une partie de la jeunesse actuelle quant aux dictats de la société, à mettre des mots sur ce sentiment d’oppression.

Dans la première partie de son livre, Sarah nous raconte le divorce de ses parents qui la précipite un peu trop tôt vers la fin de l’enfance, son incompatibilité avec le système scolaire et ses échecs à la fois professionnels et personnels. Elle surmonte tout, se débrouille. Mais se débrouiller ce n’est pas vivre, pas vraiment. Et puis un jour, elle prend la route à l’improviste pour Toulouse. Une révélation ! Il est donc possible de voyager seule, faire des rencontres et se sentir vivante. Et tout ça sans un rond en poche.

Prochaine étape ? Le Cap Nord. Rien que ça. Sarah prépare son sac à dos et tourne enfin le dos à cette vie qui ne lui convient pas. Elle voyagera seule, sans argent, guidée par ce mantra : « seules 8% de nos peurs sont fondées et rationnelles ». C’est la deuxième partie de ce livre.

Dans ce récit, on découvre aussi une autre façon de voyager, plus sobre, mais aussi faite de rencontres et de hasards. Ce que l’on retient aussi, c’est que voyager seule en étant une femme (même un petit bout de femme d’une vingtaine d’années), c’est possible. C’est même une sacrée belle aventure. Sarah Gysler en parle désormais aussi sur son blog, l’aventurière fauchée. Je conseille donc ce livre à celles (et ceux !) qui souhaitent s’initier à ce mode de voyage alternatif ou qui l’ont déjà adopté. À lire et à offrir !

Ce livre est un produit affilié. En procédant à un achat par cette page, vous ne déboursez pas un centime de plus que d’habitude, mais je touche une commission de la part du vendeur. Cela m’aide à financer ce blog. Pour plus d’infos, consultez les mentions légales.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Petite, Sarah Gysler”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimerez peut-être aussi…